Débouchons les puits du Réveil

William Ashley "Billy" Sunday

Jusqu'à Billy Graham, aucun évangéliste américain n'avait prêché à autant de millions de personnes, ni vu autant de conversions, soit environ 300 000.


Billy Sunday est né le 19 novembre 1862 à Ames, Iowa. Son père est décédé un mois après sa naissance, d'une pneumonie pendant la guerre civile, et il a laissé sa mère avec trois jeunes enfants. Elle s'est ensuite remariée et a eu deux autres enfants. Quand Billy avait 13 ans, sa mère était tellement appauvrie qu'elle a envoyé Billy et son frère aîné, George, dans un orphelinat. Billy s'est enfui de l'orphelinat deux ans plus tard et a trouvé du travail comme garçon d'écurie pour le colonel John Scott au Nevada, Iowa.

Scott lui a donné un endroit où vivre et l'a envoyé à l'école. Billy a quitté le lycée avant d'obtenir son diplôme et est retourné à Ames pour jouer dans l'équipe de baseball. Peu de temps après, il a déménagé à Mashalltown, Iowa, où il a occupé quelques petits boulots et joué pour l'équipe de baseball locale. Son entraîneur a demandé à Cap Anson, natif de Marshalltown et futur membre du Temple de la renommée du baseball, de venir voir Billy jouer. En 1883, Anson a signé un contrat avec Billy pour jouer avec les "Bas Blancs" de Chicago. Billy a immédiatement déménagé à Chicago. Il est devenu un atout considérable pour l'équipe. Il était un champion de sprint, avec un record de carrière de 92 buts, qui n'a été dépassé que par Ty Cobb avec 96. Sunday a joué au baseball professionnel pendant huit ans pour les équipes de Chicago, Pittsburgh et Philadelphie .


En 1886, Sunday a été invité à assister à une réunion à la Pacific Garden Mission à Chicago. C'est alors qu'il est "né de nouveau" en acceptant Jésus-Christ dans sa vie comme son Sauveur. En 1888, il épouse Helen A. Thompson, qui sera plus tard connue sous le nom de « Ma Sunday ». Ils ont eu quatre enfants.

En 1891, Sunday quitte le baseball pour se consacrer à la Young Men's Christian Association (YMCA), ce qui signifiait une baisse de salaire de deux tiers. Il devient assistant de l'évangéliste J. Wilbur Chapman, avant de devenir évangéliste à part entière en 1896. L'année suivante, Sunday tient sa première réunion de réveil à Garner, Iowa ; près de 100 personnes ont accepté le Christ pendant la semaine des rencontres.

Depuis sa conversion au christianisme, Billy avait ressenti un appel de plus en plus fort à prêcher. À partir de ce moment, il n'a jamais été sans invitation à prêcher, organisant d'abord des campagnes dans les villes du Midwest, puis, après la Première Guerre mondiale, prêchant à Boston, New York et d'autres grandes villes.

Une grande partie de son succès était due à sa femme Helen. Elle a organisé les campagnes et a fait une grande partie du travail préalable. Elle a même essayé d'améliorer le vocabulaire de Billy dans ses lettres, en incluant délibérément des mots qu'il devrait rechercher.

Le style de prédication de Sunday était aussi peu orthodoxe que la journée le permettait. Son vocabulaire était si approximatif (par exemple "Je ne crois pas non plus à votre propre théorie bâtarde de l'évolution ; je crois que c'est de la pure absurdité). Les dirigeants chrétiens ont grincé des dents et l'ont souvent critiqué publiquement. Mais Sunday s'en fichait : "Je veux prêcher l'évangile si clairement, dit-il, que les hommes peuvent venir des usines et ne pas avoir à apporter un dictionnaire".

Sunday était maître du "one-liner", qu'il utilisait pour ses sermons pratiques et remplis d'illustrations. L'un de ses plus célèbres : "Aller à l'église ne fait pas plus de vous un chrétien que d'aller dans un garage fait de vous une automobile". Il utilisait tout son corps dans ses sermons (et d'autres objets à proximité, comme sa chaise, qu'il jetait parfois en prêchant). Comme l'a écrit un journal : "Sunday était un derviche tourneur qui caracolait et gambadait et marchait à grands pas et bondissait et martelait partout sur sa plate-forme et les laissait ravis et abasourdis comme ils ne l'avaient jamais été auparavant". Il concluait ses sermons en invitant les gens à "parcourir le sentier de la sciure de bois" jusqu'à l'avant du tabernacle pour indiquer leur décision pour Christ.

Inhabituel pour les évangélistes américains, Sunday a également abordé les problèmes sociaux de son époque. Il a soutenu le suffrage des femmes, a appelé à la fin du travail des enfants et a inclus les "Hommes de couleur" dans ses réveils, même lorsqu'il a parcouru le Sud profond. Cela a fait beaucoup d'ennemis, tout comme son soutien aux catholiques romains (qu'il considérait comme des frères chrétiens) et aux juifs. Sur l'un des sujets les plus brûlants du moment, l'évolution, il marchait sur la corde raide : il n'avait aucune sympathie pour l'évolution, mais il ne s'est pas non plus approchés des littéralistes de la Genèse.

Cependant, il n'a jamais été un ami des libéraux : "Aujourd'hui, nous pensons que nous sommes trop intelligents pour croire à la naissance virginale de Jésus et trop bien éduqués pour croire à la Résurrection. C'est pourquoi les gens vont au diable en multitude".

Il s'est fermement opposé au jeu de cartes, au cinéma et à la mode des années 20 rugissantes. "C'est une sacrée insulte ce que beaucoup de femmes imbéciles portent dans nos rues", a-t-il déclaré. En fait, sa prédication a contribué à faire passer la Prohibition. "Pour savoir ce que le diable va faire, découvrez ce que fait le saloon", a-t-il répété à plusieurs reprises. "Si jamais il y a eu un jubilé en enfer, c'est quand la bière blonde a été inventée".

Après la Première Guerre mondiale, l'influence de Sunday a diminuée. La radio, les films et autres divertissements éloignèrent les masses du prédicateur, bien qu'il ne manquât jamais de discours. "Je suis contre le péché", a-t-il dit un jour. "Je le botterai tant que j'aurai un pied. Je le combattrai tant que j'aurai un poing. Je le frapperai tant que j'aurai une tête. Je le mordrai tant que j'ai une dent. Et quand je serai vieux, sans poing, sans pieds et sans dents, je le gommerai jusqu'à ce que je rentre chez moi dans la Gloire...".

En 1903, il est devenu un prédicateur ordonné dans l'église presbytérienne. A partir de 1907, "Ma Sunday" voyageait avec lui, s'occupait de la planification et des finances de sa campagne et prenait la parole lors de réunions de femmes. Elle a consacré sa vie à son mari et à ses œuvres. En 1917, l'éloquent orateur organisa une campagne new-yorkaise de 10 semaines ; plus de 98 000 participants se sont avancés pour accepter le Christ.  Sunday a été crédité d'être une influence sociale majeure dans The Temperance Movement , qui a conduit à la Prohibition.en 1919. L'un de ses sermons les plus célèbres était "Buvez, ou montez dans le wagon de l'eau", qui a persuadé de nombreuses personnes d'arrêter de boire. Même après l'abrogation de l'interdiction, il a appelé à sa réintroduction. Il a déclaré: "Je suis l'ennemi juré, éternel et intransigeant du trafic d'alcool. J'ai combattu et je continuerai à combattre cette maudite affaire sale et pourrie avec tout le pouvoir dont je dispose". Il a continué à prêcher contre la consommation d'alcool jusqu'à sa mort.

En Octobre 1935, Billy a prêché son dernier sermon, à la première église méthodiste, Mishawaka, Indiana . Même à 73 ans, il a conduit encore 44 personnes vers le Seigneur. Sunday est décédé d'une crise cardiaque le 6 novembre 1935. Il est mort en homme riche, laissant un grand domaine ainsi que des fonds en fiducie pour ses enfants - au plus profond de la Grande Dépression . Son service commémoratif a eu lieu à la Moody Memorial Church de Chicago et a réuni des milliers de personnes.

Sources anglaises : www.u-s-history.com et www.christianitytoday.com. Retranscription : EZ37M