Débouchons les puits du Réveil

Maria Woodworth-Etter

Née en 1844, Maria Woodworth-Etter vécut à Lisbon, Ohio. Dieu l’appela à prêcher à une époque où les gens ne croyaient pas que les femmes devaient prêcher. En effet, en ce temps-là, les femmes n’avaient même pas le droit de vote. Elle vit mourir ses jeunes enfants l’un après l’autre jusqu’au moment où elle se décida à obéir à Jésus-Christ et à aller prêcher l’Évangile. On rapporte qu’elle eut l’un des plus puissants ministères et l’une des plus puissantes onctions – avec des guérisons, des miracles et des prodiges stupéfiants – jamais mentionnés dans l’histoire de l’Église.

Les rapports déclarent qu’elle avait l’habitude de venir dans une ville après avoir dormi dans une tente, et en quelques jours environ 20 000 personnes se réunissaient à ses rencontres. Parfois Dieu donnait aux personnes qui travaillaient dans les champs, dans un rayon de 80 kilomètres autour de ses réunions, des visions du ciel et de l’enfer, et ils tombaient à terre sous l’effet d’une incroyable conviction. C’était comme une onction «globale» qui descendait sur toute la zone. Il a été rapporté qu’il était habituel que par pâtés de maisons entiers autour de ses rencontres, les personnes tombent à terre et se repentent.

http://www.evangelo.org

Andrew Strom, traduction française di Giannangeli Laetitia 

Les passages qui suivent ont été tirés du livre «A Diary of Signs and Wonders» (c’est-à-dire «Un Journal de Signes et de Prodiges») de Maria Woodworth-Etter

«Une fois, j’étais en train de prier pour le salut des pécheurs, et mon Sauveur apparut sur la croix devant moi, et me parla ; je mis ma main sur Son corps lacéré : je levai mes yeux vers Son visage souriant. Une autre fois je méditais sur l’amour de Dieu manifesté dans le don de Son Fils unique pour mourir pour les pécheurs, et sur la magnifique demeure qu’Il est en train de préparer pour ceux qui L’aiment, et j’eus l’impression que je me mettais comme à flotter dans les airs, et on me fit atterrir dans la Cité Magnifique. Oh, la vue glorieuse que rencontra ma vision ne pourra jamais être exprimée par aucune langue mortelle !

Pendant ma période de maladie et de douleur, les serviteurs de Dieu et les gens venaient des diverses églises de la ville et tenaient une réunion de prière dans ma chambre. Ils priaient dans les églises pour mon rétablissement. J’étais disposée à mourir et à laisser ma fille et mon garçon encore petits tous les deux, en sentant que Dieu aurait pris soin d’eux, mais l’œuvre que Dieu m’appelait à faire se profila tout à coup devant moi. Durant toutes ces années Dieu me préparait, puisque je n’étais pas encore disposée. Je me sentis comme un ver à Ses yeux. Je promis à Dieu que s’Il rétablissait ma santé et qu’Il me préparait et qu’Il me montrait le travail, j’essayerais de l’exécuter ; je commençai à me sentir immédiatement mieux.

J’étais très timide et liée comme par des chaînes dans un esprit de crainte de l’homme. Quand je me levai pour m’exprimer, je tremblais comme une feuille et je commençai à présenter des excuses : "Ô Dieu, envoie quelqu’un d’autre !" Puis le Seigneur me fit voir en vision l’abîme ouvert dans toute son horreur et sa peine. Il y avait des pleurs, des lamentations et des grincements de dents. Il était entouré d’une multitude de personnes qui semblaient inconscientes du danger qu’elles couraient, et sans aucun avertissement elles seraient précipitées dans cet horrible lieu. Je me trouvais au-dessus des personnes sur une planche étroite qui avançait en zigzag vers le ciel : et j’exhortais et je suppliais les gens de venir sur la planche et d’échapper à ce lieu terrible. Beaucoup commencèrent. Il y avait une magnifique lumière resplendissante sur moi, je les encourageais à suivre cette lumière et ils iraient directement au ciel».

Peu de temps après que Maria Woodworth-Etter ai répondu à l'appel de Dieu de "sortir sur les routes, les haies et de rassembler les brebis perdues", les gens se pressaient pour l'entendre parler avec les signes et les merveilles qui la suivaient. En 1885, sans système de sonorisation, des foules de plus de vingt-cinq mille personnes se pressèrent pour entendre cette ministre tandis que des centaines tombèrent par terre sous la puissance de Dieu. 

Woodworth-Etter n'a pas seulement ébranlé la religion confessionnelle, elle a secoué le monde séculier avec des démonstrations bouleversantes de la puissance de Dieu. Ceux qui sont venus pour enquêter sur elle, pour la condamner ou l'harceler semblaient les plus à risque de «tomber» dans ce qui était décrit comme un état de transe. Maria a prêché que ces fortes manifestations de l'Esprit n'étaient "rien de nouveau; elles étaient juste quelque chose que l'Église avait perdu". 

Elle était inébranlable dans sa détermination à briser les forteresses qui maintenaient les gens, les communautés et des villes entières en esclavage. Il semblait que plus elle faisait face à l'opposition, plus elle s'enracinait fermement dans ses talons. Maria a développé une force invincible par la prière tenace qui lui a permis d'avoir de l'autorité et de servir avec grâce et puissance. Elle était connue comme une revivaliste qui pouvait libérer des villes.

Pourtant un peu plus tôt Maria Woodworth-Etter n'a pas immédiatement répondu à l'appel du Seigneur au ministère évangélique dans sa vie. En tant que femme célibataire dans la fin du XIXe siècle, elle a ressenti le besoin de se positionner en obtenant d'abord une éducation puis en épousant un missionnaire. Ses plans mûrement réfléchis ont été interrompus lorsque son père est décédé subitement dans un accident agricole et qu'il lui a fallu aider à subvenir aux besoins de sa famille. Elle a rencontré un certains P.H. Woodworth de son retour de la guerre civile, et après une brève parade nuptiale, ils se sont mariés et se sont lancés dans l'agriculture. Au fil du temps, P.H. et Maria sont devenus les parents de six enfants. La vie d'agriculteur s'est avérée difficile et ils ont lutté avec les exigences de gagner leur vie et d'élever une famille. Maria était frustrée de ne pas pouvoir répondre à l'appel au ministère en raison des exigences de sa vie à la ferme en tant qu'épouse et mère d'une famille nombreuse. Elle a lutté contre la maladie et la déception que son mari n'ait pas partagé son désir de ministère. Puis une tragédie écrasante a frappé lorsque les Woodworth ont perdu cinq de leurs six enfants à cause de la maladie. P.H. ne s'est jamais remis de cette perte et Maria a fait de son mieux pour le soutenir tout en élevant leur seule fille survivante. Au lieu de devenir amère, Maria a appliqué la Parole de Dieu à son cœur. Elle est venue à comprendre à travers son étude de la Bible que Dieu avait utilisé les femmes comme des ministres, des prophètes et leaders. 

D'après la prophétie de Joël, elle a lu que Dieu répandrait son Esprit sur les hommes et les femmes. Pourtant, elle se sentait inadéquate et mal équipée pour rendre un service utile au Seigneur. Elle a continué à étudier et a écrit plus tard : «Plus j'enquêtais, plus je trouvais de me condamner».

 

Puis Maria a eu une vision. Des anges sont entrés dans sa chambre et l'ont emmenée vers l'Ouest, au-dessus des prairies, des lacs, des forêts et des rivières où elle a vu un long et large champ de céréales ondulants. Alors que la vision se déroulait, elle a commencé à prêcher et a vu les grains commencer à tomber comme des gerbes. Puis Jésus lui a dit que «tout comme le grain tombait, les gens tomberaient» alors qu'elle prêcherait. Enfin, Maria céda à l'appel de plus en plus clair et demanda au Seigneur de l'oindre pour le ministère. 

Et le Seigneur l'a fait. Peu de temps après avoir commencé à servir dans des petits groupes de sa communauté, les églises ont commencé à l'inviter à parler à leurs congrégations. Le résultat a toujours été une profonde conviction parmi les auditeurs qui tombaient au sol en pleurant. Bientôt, elle a été invitée vers l'ouest et a commencé à beaucoup voyager. Elle n’a pas tardé à tenir neuf réunions de réveil, à prêcher deux cents sermons et à fonder deux églises comptant plus de cent personnes dans les écoles du dimanche. Dieu a honoré le dévouement et la fidélité de Maria en restaurant son cœur et les années qu’elle avait perdues.

Mais ce n'est que lorsqu'elle a prêché dans une église de l'ouest de l'Ohio que le sens de sa vision des gerbes de blé est devenu clair. Ici, les gens sont tombés dans ce qui semblait être des «transes» - un état changeant qui allait profondément marquer son ministère et confondre les sages de son époque. «Quinze personnes sont venues à l'autel en hurlant de miséricorde. Des hommes et des femmes sont tombés et se sont couchés comme des morts», a raconté Maria. «Après s'être allongés sur le sol pendant un certain temps, ils se sont levés en criant des louanges à Dieu. Les ministres et les saints aînés pleurèrent et louèrent le Seigneur pour son «pouvoir de Pentecôte» et à partir de cette réunion, son ministère fut marqué par cette manifestation particulière avec des centaines de personnes miraculeusement guéries et des centaines d'autres venant au Christ. 

À chaque réunion qu'elle a tenue, il y avait une démonstration de la puissance de l'Esprit. Un journaliste a écrit: «Des véhicules de toutes sortes ont commencé à affluer dans la ville à une heure matinale - rien de moins qu'un cirque ou un rassemblement politique n'a jamais attiré une foule si grande». 

Maria n'a pas pu répondre à toutes les invitations qu'elle reçu dans son ministère, mais celles qu'elle a acceptées ont créé un émoi national qui n'a jamais été réduit au silence. Les écrits de F.F. Bosworth ont décrit les rencontres spectaculaires qui ont eu lieu à Dallas, au Texas, de juillet à décembre. En conséquence, Dallas est devenu une plaque tournante du renouveau pentecôtiste. 

Parallèlement au succès du ministère de Maria, de grandes pressions et de graves persécutions se sont produites. C'est lors d'une croisade controversée à Oakland, en Californie - où elle avait rencontré une opposition inhabituellement difficile, qu'elle a décidé de quitter son mari infidèle après que son infidélité ait été révélée.

Après vingt-six années orageuses de mariage, ils ont divorcé en janvier 1891. En moins d'un an, P.H. s'est remarié et a calomnié publiquement le personnage de Maria. Il mourut peu de temps après le 21 juin 1892, de la fièvre typhoïde. 

Dieu, cependant, a continué d'honorer Maria. Alors qu'elle semait, travaillait et récoltait une moisson capitale pour le Seigneur, Dieu lui a envoyé un véritable ami et partenaire en Samuel Etter. Encore une fois, son chagrin s'est transformé en joie lorsque les deux se sont mariés en 1902. Samuel est devenu une partie vitale du ministère de Maria à tous les niveaux et les deux ont collaboré pour le Christ jusqu'à sa mort douze ans plus tard. Maria n'a jamais faibli dans son dévouement au ministère de guérison et d'évangélisation auquel elle était si puissamment appelée. Elle semblait invincible dans sa capacité à continuer face à la tragédie et à l'opposition. Sa renommée pour les guérisons miraculeuses et les services de réveil s'est accrue, tout comme ses critiques. Mais Dieu les a tous réduits au silence. 

Maria Woodworth-Etter a beaucoup œuvré pour établir la lumière sur le pouvoir de conviction du Saint-Esprit, le rôle des femmes dans le ministère et le pouvoir des croisades miracles pour faire revivre une nation. En outre, elle a apporté des informations sur la façon d'administrer efficacement des croisades miracles massives, de construire des centres de ministère durables et de gérer l'opposition dans l'arène publique. 

Son engagement et son dévouement ont personnellement influencé de grands héros de la Foi tels que Smith Wigglesworth, Aimee Semple McPherson, John Alexander Dowie, John G. Lake, E.W. Kenyon, F.F. Bosworth et Kathryn Kuhlman. 

Son héritage est attesté par l'oeuvre de ministère en cours de guérison des évangélistes du monde entier. Bien que, pendant les six dernières années de sa vie, elle se soit limitée à exercer son ministère à partir du Tabernacle qu'elle avait érigé à Indianapolis, son onction de guérison est restée aussi puissante que jamais. Elle a continué à parler avec puissance de la Parole de Dieu jusqu'à ses derniers jours. Alors qu'elle s'affaiblissait, elle a été transportée sur une chaise jusqu'à la chaire, où elle a déclaré un toucher de guérison et une parole d'espérance. 

En 1924, à l'âge de quatre-vingts ans, Maria B. Woodworth-Etter s'endormit profondément et rentra chez elle pour être avec le Seigneur. Son décès a donné des larmes à tous ceux dont elle a touché la vie et toute la nation ressenti un grand vide. Elle a exercé le pouvoir de guérison de Dieu avec la dernière once de sa force, proclamant l'amour de Dieu avec le dernier de son souffle.

Samuel Orphé Jenner Ovono

Chronologie

1844 - Naissance à Lisbon, Ohio, le 22 juillet.

1857 - Conversion et baptême à l'âge de 13 ans à l'église chrétienne de Lisbon. Elle reçoit bientôt un appel emphatique à l'évangélisation.

1865 - Elle épouse PH Woodworth qui refuse l'appel à prêcher. Ceci, avec les craintes de Maria, étouffe l'appel. Cinq de leurs six enfants meurent.

1879 - Elle assiste à un réveil des "Amis" entraînant la reddition de Maria pour prêcher, elle est âgée de 35 ans. Des réunions locales réussies l'ont catapultée dans le ministère de toute une vie.

Les années 1880 revendiquent le baptême de l'Esprit.

1885 - Pendant cinq ans, des foules immenses envahissent les salles de réunion. Les participants fauteurs de troubles, toujours présents, sont souvent frappés par «le pouvoir». Les journalistes ridiculisent l'activité de transe que Maria défend comme celle de Pierre dans Actes 10, ces "expériences" rapportent cependant des nouvelles de conversions, de prophéties et de guérisons étonnantes. Woodworth-Etter devient un nom familier dans les États du Midwest et d'autres régions.

1889 - La tente de 8000 places nouvellement achetée devient parfois trop petite.

1890 - 1000 convertis signalés à St Louis alors que les docteurs recherchent comment l'accuser d'aliénation mentale. Son mari la diffame dans une lettre ouverte. Elle perd le soutien de ministres bien connus. L'ancien de l'Église de Dieu du sud de l'Indiana, qui l'a autorisée et ordonnée déclare que le nom de Maria est irréprochable et condamne le mari. Cette année-là, elle prophétise la destruction de la région de la baie de San Fransico par un tremblement de terre et un raz de marée. Le séisme dévaste la région le 18 avril 1906.

1891 - Elle divorce de son mari pour adultère. Il meurt un an plus tard.

1902 - Elle épouse Samuel Etter et couple ses deux noms de famille.

1912 - Dallas. A 68 ans, elle tient une réunion de 5 mois pour F.F. Bosworth. De nombreux dirigeants pentecôtistes importants y ont assisté « ... lui donnant une plate-forme nationale en tant que poids lourd pentecôtiste... » et « ont reçu une publicité favorable de la part des périodiques du mouvement jusqu'en Angleterre ». (Nouveau Dictionnaire International des Mouvements Charismatiques Pentecôtistes)

1918 - Ouverture du Woodworth-Etter Tabernacle, Indianapolis, Indiana.

1920 - Un évangéliste arrêté à Freemont, New York, pour avoir pratiqué la médecine sans licence alors que des centaines témoignent de la guérison. Etter part pour Omaha, continue les rencontres.

1924 - 16 septembre, Mme Etter décède à l'âge de 80 ans.

Par Mary Scantlin