Ouvrir une pop-up en javascript

William Booth

Booth croyait simplement que le châtiment éternel était le sort des non-convertis. À cela s'ajoutait une profonde pitié pour les parias et une haine de la saleté, de la misère et de la souffrance.

Booth voit cet engagement comme celui d'une "armée du salut" qui luttera contre la pauvreté. L'expression fait mouche et en 1878, Booth fonde l'Armée du salut, dont il devient le "général". Il organise les fonctions des personnes qui travaillent avec lui selon un organigramme clair : les responsables sont des officiers et des officières ; les postes d’évangélisation, des citadelles et les membres prennent le nom de soldats. Il dote cette armée d'un uniforme, d'un drapeau (dont la devise est "Sang et Feu", au sens du Sang de Jésus-Christ et du Feu de l'Esprit Saint. La musique jouera un rôle important pour attirer les gens vers son mouvement : "Pourquoi le diable aurait-il les meilleures mélodies ?", demande-t-il. Son organisation va se diffuser en Angleterre, puis à l'étranger.

William Booth, le fondateur de l'Armée du Salut, écrivait à la fin du 19ème siècle : "Le plus grand danger du vingtième siècle sera une religion sans Saint-Esprit, des chrétiens sans Christ, le pardon sans repentance, le salut sans nouvelle naissance, la politique sans Dieu et un ciel sans enfer." Il semble qu'il avait là une très pénétrante acuité prophétique.


William Booth est né le 10 avril 1829 à Nottingham. Il est le seul garçon des quatre enfants survivants de Samuel Booth et de Mary Moss épouse Booth. Comme son père était un entrepreneur de maçonnerie dont les affaires ne marchaient pas très bien, la famille était pauvre, et Samuel fut contraint de mettre son fils William au travail alors qu'il n'avait que treize ans. Il le fit embaucher par un prêteur sur gages. De ce fait, ses études restèrent sommaires, mais il compensa ce manque en lisant beaucoup, et il se forma lui-même à la rédaction de textes puis à la prise de parole en public.

Il passe son adolescence dans un quartier pauvre de la ville industrielle de Nottingham. Anglican par sa famille et sa première éducation religieuse, il se rattache à l’Église méthodiste à l’âge de quinze ans, après avoir vécu l'expérience de la conversion. Il deviendra plus tard pasteur de cette même Église.

En 1849, il se rend à Londres, où il travaille dans une boutique de prêteur sur gages à Walworth, détestant l'entreprise mais lié par la nécessité d'envoyer de l'argent chez lui. A cette période, il rencontre Catherine Mumford , sa future épouse et compagne de toujours. En 1852, il était déjà devenu un prédicateur régulier de la nouvelle connexion méthodiste, et le 16 juillet 1855, il se marie avec Catherine Mumford (1829-1890). De cette union naîtront huit enfants.

Après neuf ans de ministère, Booth s'est détaché de la Nouvelle Connexion et a commencé sa carrière en tant que revivaliste indépendant. 

Booth travaille comme pasteur dans les quartiers pauvres à l’est de Londres, et se heurte à la misère et à la pauvreté. En 1865, il lance une première action contre l'injustice sociale à travers un mouvement qu'il nomme "Mission chrétienne de l'Est londonien". Booth résume son engagement dans le slogan "Soupe, Savon, Salut" (Soup, Soap and Salvation). Son rôle de pasteur sera donc à la fois spirituel et matériel. Il s'agit d'apporter l'Évangile, tout en luttant contre la misère.

Ses premières "campagnes" ont suscité une violente opposition ; une "armée de squelettes" a été organisée pour briser les réunions, et pendant de nombreuses années, les partisans de Booth ont été soumis à des amendes et à des peines d'emprisonnement en tant que briseurs de la paix. On lançait des charbons ardents sur ceux qui servaient dans l'Armée, on les aspergeait de goudron et de soufre brûlant. Ils furent battus, lapidés et battus à coups de pied jusqu'à la mort dans les rues. L'Armée du Salut résistait à leurs ennemis avec un chaleureux "Dieu vous bénisse", et une prière. Le Général Booth lui-même fut dans le feu de l'action. Quand on lui cracha dessus pendant le voyage aux Midlands, Booth encouragea ses compagnons soldats ainsi : "Ne vous essuyez pas - c'est une médaille !"

Nuit après nuit, Booth rentrait chez lui, saignant et meurtri après avoir été attaqué dans les bas-quartiers d'Angleterre. Après de telles nuits d'épreuve, il prenait la main de sa femme et lui disait : "Kate, laisse-moi prier avec toi." Après avoir prié avec Catherine, il se relevait de sa position à genoux, armé d'un tout nouveau courage et d'un tout nouvel espoir. Booth avait besoin de toute la vaillance que sa femme Catherine pouvait lui inspirer. Elle l'encourageait ainsi : "Si nous sommes fatigués, il vaut mieux que nous nous en allions et que nous en finissions avec cela ; rien n'est pire qu'une église morte." Malgré les pressions accablantes du ministère, les Booth furent une famille joyeuse et unie.

Une des armes les plus efficaces dans l'arsenal du Général Booth était la prière fervente. Ce n'était pas inhabituel pour Booth de tenir "une nuit entière de prière" lorsqu'il allait prêcher la Parole de Dieu. Les gens inondaient les autels partout où il allait. "La puissance de Dieu était merveilleusement manifeste dans les réunions... les gens étaient fréquemment frappés à terre, accablés par une sensation de la présence et de la puissance de Dieu."

Le succès de l'Armée du Salut dans le travail de libération des captifs était un fait surnaturel, particulièrement lorsque l'on considère ceux qu'elle s'efforçait d'atteindre. Le cri de bataille du Général Booth était : "En avant pour les âmes et en avant pour les pires !" Les pires pécheurs étaient sauvés, les cafés fermaient et des villes entières étaient secouées.

Catherine Mumford épouse Booth

Les opérations de l'armée ont été étendues en 1880 aux États-Unis, en 1881 à l'Australie, et plus tard sur le continent européen, en Inde, à Ceylan (aujourd'hui Sri Lanka) et ailleurs - le général Booth lui-même étant un voyageur, un organisateur et un orateur infatigable.

En 1890, le général Booth publia Dans Darkest England, and the Way Out, dans lequel il a eu l'aide de William Thomas Stead  Il proposa de remédier au paupérisme et au vice à travers : des foyers pour sans-abri ; centres de formation pour préparer les émigrants aux colonies d'outre-mer ; maisons de sauvetage pour les femmes tombées au combat ; foyers pour prisonniers libérés ; aide juridique pour les pauvres; et une aide pratique pour l'alcoolique. Il y avait un vaste soutien public pour le programme ; l'argent a été généreusement souscrit, et une grande partie du projet a été réalisée. L'opposition et le ridicule avec lesquels le travail de Booth a été reçu pendant de nombreuses années ont fait place, vers la fin du 19ème siècle, à une sympathie très répandue à mesure que ses résultats étaient mieux compris. L'encouragement actif du roi Edouard VII, sur l'insistance de qui en 1902, il fut officiellement invité à assister à la cérémonie du couronnement, marqua la plénitude du changement ; et quand, en 1905, le général Booth traversa l'Angleterre , il fut reçu en l'état par les maires et les corporations de nombreuses villes. Le fougueux vieillard était devenu une grande figure de la vie anglaise.

Une fois, lors d'un voyage, la voiture du Général Booth fut arrêtée pour un contrôle. Il profita de l'occasion pour exhorter quelques ouvriers d'une usine qui étaient sans occupation. Il leur dit : "Hommes, certains d'entre vous ne priez jamais. Vous avez abandonné la prière depuis longtemps. Mais je vais vous dire : n'allez-vous pas prier pour vos enfants afin qu'ils soient différents ?" Au bout de quelques minutes, 700 hommes s'agenouillèrent pour prier en silence.

Lors d'une autre occasion, deux officiers de l'Armée du Salut commencèrent à chercher un nouveau travail, mais ils ne subirent que des échecs et de l'opposition. 

Frustrés et fatigués, ils firent appel au Général pour fermer la mission de sauvetage. Le Général Booth leur envoya en retour un télégramme avec trois mots : "ESSAYEZ LES LARMES." Ils suivirent son conseil et furent les témoins d'un puissant réveil.


William Booth meurt à Hadley Wood dans le district londonien d'Enfield le 20 août 1912 (à 83 ans). Il est inhumé le 27 août 1912 au cimetière d'Abney Park à Stoke Newington (district londonien de Hackney).

Pendant toute la durée de son ministère, William Booth effectua 7,5 millions de kilomètres lors de ses voyages et prêcha 60 000 sermons.

Que Dieu nous aide, en ces jours désespérés et distraits dans lesquels nous vivons, à proclamer haut et fort ce conseil du Général : "Travaillez comme si tout dépendait de votre travail, et priez comme si tout dépendait de votre prière.

Sources : www-britannica-com ; www.wikiwand.com ; emcitv.com

Retranscription : EZ37M